Connaissez-vous tous les nouveaux facteurs créant une menace pour la santé de votre animal ?

La propagation croissante de parasites transmettant des agents pathogènes n’est pas due uniquement à la hausse des températures. Nous vous expliquons tout en détail, pour que vous puissiez bien anticiper.

Ce que vous devez savoir et comment réagir.

Certaines maladies dont peuvent souffrir les chats et les chiens sont transmises par de petits parasites tels que les tiques, puces et insectes volants, réunis sous le nom de vecteurs.

En raison de la hausse des températures, ces parasites se propagent vers de nouvelles régions, situées plus au nord. Les étés plus longs et les hivers plus doux rallongent en outre la période durant laquelle nombre de ces parasites sont actifs.

Mais saviez-vous que des facteurs tels que les voyages avec votre animal et la vie urbaine augmentaient les risques de transmission vectorielle d’agents pathogènes pour votre compagnon à quatre pattes ? 

Préparez bien vos voyages avec vos animaux

Nous sommes nombreux à désirer emmener nos animaux de compagnie en voyage, mais cette pratique de plus en plus tendance peut avoir quelques conséquences inattendues.

Voyager avec votre compagnon à quatre pattes peut l’exposer à des parasites « exotiques », représentant un risque d’infection par de potentiels agents pathogènes mortels. Il pourrait également ramener chez vous des invités indésirables sous la forme de tiques et de puces.

Les animaux qui voyagent peuvent potentiellement introduire des agents pathogènes dans une nouvelle région, si un parasite local est capable de les transmettre à son tour.

Si cela arrive fréquemment et si les conditions sont favorables, certains agents pathogènes, après un certain temps, s’installent alors dans cette nouvelle région.

Protégez vos chats et chiens contre les agents pathogènes transmis par les parasites
RECEVEZ LE GUIDE

La chaleur sévit en ville…

Dans les zones concentrant beaucoup de bâtiments, comme les villes, les températures sont plus élevées que dans les espaces environnants.

On appelle cet effet « îlot de chaleur urbain ». Ce microclimat citadin un peu plus chaud implique que des vecteurs spécifiques, comme les phlébotomes, deviennent actifs plus tôt et le restent plus longtemps dans l’année.

De plus, le nombre d’animaux de compagnie résidant en ville est bien plus important, ce qui aggrave le problème. Plus d’animaux signifie plus d’opportunités de transmission d’agents pathogènes par les vecteurs.

… et dans les périphéries

On pourrait penser que, du fait de cet effet « îlot de chaleur urbain », la nuisance relative aux tiques et aux puces serait moindre. Or, ce n’est pas le cas !

Dans les espaces moins urbanisés, tels que les périphéries des villes et la campagne, les zones d’habitation des êtres humains et des animaux domestiques peuvent empiéter sur le milieu de vie des animaux sauvages. Ces derniers peuvent, même sans présenter de symptômes, transporter les agents pathogènes qui pourraient rendre malades nos animaux de compagnie et nous-mêmes. Tout ce dont a besoin un agent pathogène pour sauter d’un animal sauvage à un animal domestique, c’est d’un vecteur !

Certains parasites et excellents vecteurs, comme les tiques et les puces, sont présents aussi bien dans les environnements urbains que ruraux. Les puces peuvent survivre en intérieur, quel que soit l’endroit où vous vivez, et c’est pourquoi vous devez offrir une protection efficace toute l’année à votre animal.

Vos amis ont-ils conscience de ce changement de situation ?

On a de bonnes raisons de surveiller le fait que la hausse des températures augmente le risque de parasites et donc de transmission d’agents pathogènes. Il existe heureusement plusieurs mesures de prévention que vous pouvez prendre pour limiter les risques.

Voici quelques conseils à suivre :

– Après chaque balade, contrôlez l’absence de tiques. 

– Évitez les endroits où les parasites pullulent.

– Protégez votre animal contre les parasites tout au long de l’année.

Votre vétérinaire pourra vous conseiller sur la meilleure façon de préserver la santé de votre chien ou de votre chat.

Et vous pouvez vous-même aider les autres propriétaires d’animaux !

Informez votre entourage des nouveaux risques auxquels nous sommes confrontés en transmettant cet article à vos amis et à votre famille.

Vous cherchez un vétérinaire ?

Votre vétérinaire joue un rôle important dans la santé de votre animal. Saisissez les informations relatives à votre lieu de résidence et obtenez une liste de vétérinaires près de chez vous.

TROUVER UN VÉTÉRINAIRE

Vous souhaitez partager cet article ?


Plus d’informations à ce sujet

La trachéobronchite infectieuse canine est présente partout

Cette maladie très désagréable se cache partout. Mais qu’est-ce que la trachéobronchite infectieuse canine ? Et comment la prévenir ? Nous allons vous l’expliquer dans cet article.

SOYEZ ATTENTIFS AUX SYMPTÔMES DE LA TRACHÉOBRONCHITE INFECTIEUSE CANINE

Tout chien qui entre en contact avec d’autres chiens est en principe à risque, en particulier au Benelux où la densité canine est élevée… Vous trouverez ci-dessous comment reconnaître les symptômes de la trachéobronchite infectieuse canine et comment la maladie est traitée.

LA TRACHÉOBRONCHITE INFECTIEUSE CANINE : MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR !

Un chien court un risque accru de contracter la trachéobronchite infectieuse canine lorsqu’il est régulièrement en contact avec d’autres chiens. Un chien ayant contracté la trachéobronchite infectieuse canine peut rester contagieux pour les autres chiens pendant des semaines.

Découvrez les meilleures solutions pour animaux

Besoin d’aide pour trouver des solutions de garde d’animaux ?

Rejoignez MyPet.com et recevez des conseils d’experts sur les soins aux animaux de compagnie
REJOINDRE MYPET.COM